Bienvenue à TREGUEUX
Retour à l'affichage graphique
Centre-ville - en route pour une circulation apaisée


Développement des transports en commun, retour du vélo et de la marche, apparition de trottinettes électriques et autres monocycles… : en quelques années, les modes de déplacement urbains ont connu une petite révolution. Mais, faire coexister tous ces moyens de transport est un nouveau défi pour les communes. Pour le relever, Trégueux fait le choix d’élargir la zone 30 du centre-ville, dans le but d’y instaurer une circulation apaisée pour la sécurité de tous les usagers.

JPG - 105.7 ko


 

« La lutte contre l’insécurité routière est devenue une priorité pour les élus municipaux et pas seulement vis-à-vis des automobilistes : nous prenons en compte tous les usagers de la voirie, du piéton au chauffeur poids lourds, en passant par les cyclistes »,explique Roland Raoult, Maire-adjoint aux travaux et à la sécurité.

Il faut dire que, durant de nombreuses années, les villes ont essentiellement appréhendé cette question sous l’angle des aménagements routiers et du seul point de vue des automobilistes. L’objectif était alors d’adapter la ville à la voiture et de fluidifier le trafic. Ce n’est qu’à partir des années 1980 et 1990 que la sécurité routière prit toute sa place dans le débat local. « Beaucoup de choses ont été faites à Trégueux, ce qui nous a permis de réduire de moitié le nombre d’accidents de la route depuis 2012*. Mais ce sont encore des accidents de trop », constate Roland Raoult. C’est pourquoi la municipalité a souhaité renforcer la sécurité dans le centre-ville, en y instaurant une circulation apaisée.

UNE ZONE 30 ÉTENDUE DANS LE CENTRE-VILLE

La limitation de la vitesse des véhicules à 30 km/h est effective depuis de nombreuses années dans certaines rues du centre-ville. Mais elle n’est pas toujours respectée, malgré la pose de nouveaux panneaux de signalisation en 2015, suite aux travaux rue de la République. « C’est pourquoi, nous avons décidé de créer une zone 30 dans le coeur de ville et d’améliorer la signalétique », résume le Maire-adjoint aux travaux.

Une zone 30 est un périmètre urbain dans lequel la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h. Cette limitation s’applique aux axes principaux et aux axes sécants (même si ces derniers n’ont pas de signalétique), du panneau d’entrée dans la zone 30 au panneau de sortie. Cette nouvelle zone 30 concernera donc la rue de la République depuis le rondpoint de la Ville Junguenay, une partie de l’avenue du Général De Gaulle, la rue de Moncontour à partir de La Poste, la rue de Quéré à partir de la rue d’Armor, la rue Marcel-Rault depuis lerond-point de Gammertingen, la rue Louis-Pasteur depuis le rond-point de Bleu pluriel et la portion haute de la rue de Villebonne (voir plan ci-dessus). Ce périmètre intègre l’ensemble du coeur de ville et ses écoles et il sera interdit aux poids lourds (sauf livraison).

De plus, une signalétique plus visible sera installée ces prochaines semaines avec pose de panneaux aux entrées et sorties de la zone 30 et marquages au sol de grande taille. Deux radars pédagogiques ont également été installés, le temps que les bonnes habitudes soient prises.

L’objectif des ces aménagements est bien d’inciter les conducteurs à lever le pied, pour la sécurité de tous les usagers. En effet, à 30 km/h, la distance d’arrêt d’un véhicule est de 13 mètres et les chances de survie pour un piéton en cas de choc sont de 90 %. À 50 km/h la distance d’arrêt passe à 30 mètres et les chances de survie chutent à 30%.

Limiter la circulation à 30 km/h permet en outre d’inciter à la pratique de la marche à pied ou du vélo car elle facilite les traversées et le partage de la voirie. Les zones 30 permettent enfin de préserver le cadre de vie, en limitant les nuisances sonores liées au trafic automobile.

JPG - 109.6 ko

Ce type d’aménagement sera réalisé dans le centre-ville (image : Ville de Quimper)

UNE RÉFLEXION SUR LES STATIONNEMENTS

Outre la création de la zone 30, la Municipalité a souhaité ouvrirune réflexion sur les stationnements. « Notre centre-ville est très commerçant, c’est une chance. Mais, qui dit commerces dit aussi livraisons et force est de constater que l’aménagement actuel pose quelques soucis », constate Roland Raoult. Il n’est pas rare effectivement de voir un poids lourd stationner en plein milieu de la chaussée, le temps de décharger sa cargaison, faute de place à proximité. Toutefois, cette situation contraint souvent les automobilistes à faire des manoeuvres périlleuses, quand elle ne paralyse pas complètement le trafic. « Pour remédier à ce problème, nous envisageons de réserver certains emplacements pour les livreurs. On peut envisager, par exemple, que ces places soient réservées aux livraisons uniquement le matin ou à certaines heures de la journée. Cela étant, nous ne prendrons pas de décisions sur ce sujet avant d’avoir échangé avec les commerçants du centre-ville », assure l’élu aux travaux. Des rencontres auront lieu au mois de septembre.

Il ne devrait donc pas y avoir de suppression de places de stationnement dans le centre-ville. Ou bien de manière très ponctuelle et limitée pour améliorer la visibilité et la sécurité des passages piétons. « C’est en ce sens que nous avons retiré une place de stationnement longitudinale près du cabinet médical car, quand une voiture se garait à cet endroit, on ne voyait les piétons qu’au dernier moment. Nous avons remplacé cette place de stationnement par des arceaux pour vélos, ce qui incite aussi à se déplacer autrement qu’en voiture », ajoute David Toanen, directeur des services techniques. Rappelons qu’en plus des stationnements situés au pied des commerces, le centre-ville comporte plusieurs grands parkings, place F. Mitterrand (derrière la mairie), place Bagot (près de l’église) et rues Marcel-Rault et de Quéré (au niveau de Bleu pluriel). Tous ces stationnements sont gratuits.

LA SÉCURITÉ DE TOUS LES USAGERS

« Sans tout bousculer, on peut améliorer les choses pour que les voitures puissent continuer de circuler et que la sécurité des piétons et cyclistes soit assurée », ajoute de son côté la police municipale. Elle rappelle les règles à observer dans la zone 30 du centre-ville pour chaque catégorie d’usager :

  • Piéton. Les piétons doivent circuler sur les trottoirs. Ils peuvent traverser la chaussée n’importe où, dès lors qu’il n’y a pas de passage piéton à moins de 50 mètres (ex : la partie pavée de la rue de la République). Les véhicules doivent céder la priorité quand un piéton manifeste son intention de traverser. Toutefois, pour des raisons de sécurité, les piétons ne doivent jamais imposer l’arrêt d’un véhicule. Avant de traverser, ils regardent toujours des deux côtés (à gauche puis à droite) et ils vérifient qu’il n’y a pas de cycliste engagé.
  • Cycliste. Les cyclistes circulent sur la chaussée, du côté droit et respectent les règles de priorité aux carrefours, comme les autres véhicules. Sur la chaussée, ils peuvent s’écarter pour s’éloigner d’un danger (ex : portière de voiture). Ils cèdent également la priorité aux piétons qui manifestent l’envie de traverser, même en dehors d’un passage piéton.
  • Conducteur d’un véhicule motorisé. Les automobilistes et pilotes de deux roues motorisés ne doivent pas dépasser les 30 km/h. Ils restent vigilants et prudents, en particulier vis-à-vis des piétons les plus vulnérables et des cyclistes. Ils cèdent également la priorité aux piétons qui manifestent l’envie de traverser, même en dehors d’un passage piéton.
  • Nouveaux modes de déplacement (trottinette électrique, gyropode, monocycle...). Les communes sont dans l’attente d’une réglementation claire pour ces nouveaux moyens de transport qui peuvent aller jusqu’à 20 km/h. En attendant, ils restent autorisés sur le trottoir quand leur vitesse ne dépasse pas 6 km/h. Sinon, ils doivent emprunter les bandes et pistes cyclables et se conformer au code la route.

De manière générale, il convient de veiller particulièrement aux usagers les plus vulnérables, que sont les enfants et les personnes âgées. Un enfant met beaucoup plus de temps qu’un adulte à percevoir si un véhicule est à l’arrêt ou en mouvement (3 à 4 secondes pour un enfant contre 1/2 seconde pour un adulte). De plus, en raison de sa petite taille, son champ de vision est limité. Quant aux personnes âgées, leur perception peut se brouiller et leur vitesse de déplacement diminue avec l’âge. Elles peuvent aussi ne pas entendre un véhicule arriver, en particulier les voitures électriques, qui font peu de bruit. Il faut alors veiller à ne pas surprendre les seniors, pour éviter le risque de chute.

* de 35 accidents en 2012 à 16 accidents en 2016, selon les chiffres du Ministère de l’Intérieur

En savoir plus sur la rubrique : Les Actualités

Ville de Trégueux - 1 rue de la République - 22950 TREGUEUX - Tél : 02 96 71 27 32 - Contact / Mentions légales / Plan du site